CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

dimanche 28 octobre 2012

La lecture interactive avec mes grands élèves...

La lecture interactive, j'y crois sincèrement! Choisir un livre (un album bien souvent dans mon cas), construire l'intention de lecture avec le groupe, lire le livre, avoir une discussion sur le livre par la suite. Explorer avec les élèves des questions de compréhension, de réaction, d'interprétation et d'appréciation (voir ici). C'est un moment d'enseignement qui peut être très riche!
 
Je pratique la lecture interactive dans ma classe depuis plusieurs années, mais avec mes grands élèves, j'appréhendais un peu le commentaire suivant: "c'est un peu bébé, Marie-Eve".
 
AU CONTRAIRE! Mes élèves participent activement et apprécient ce temps calme autour d'une oeuvre littéraire. Ils en redemandent. Certains m'ont même dit qu'ils avaient un préjugé défavorable envers les albums, mais qu'en connaissant mieux ceux que je leur propose, ils s'aperçoivent qu'ils abordent des questions pertinentes pour leur âge et qu'ils suscitent des discussions fort intéressantes. Ils voient que le genre littéraire ne s'adresse pas qu'aux plus petits et que certains auteurs peuvent même les déstabiliser (Ami-ami de Rascal, par exemple).
 
C'est à moi de faire des choix judicieux pour maintenir cet intérêt et défaire ce préjugé qu'ils ont envers les albums!

Mes lectures interactives permettent, au niveau pédagogique, beaucoup de choses. J'en profite pour travailler avec eux des stratégies de compréhension. Elles sont modélisées, discutées, pratiquées par le groupe. Les questions que je pose après la lecture du livre me permettent aussi de voir où en sont les élèves. Bien qu'elles ne soient pas vécues en contexte "d'évaluation, en individuel et à l'écrit", je peux aisément voir où en sont mes élèves. C'est aussi un moment où les élèves peuvent partager leurs impressions et profiter de l'apport des autres pour construire leurs connaissances en lecture et leur compréhension d'une oeuvre littéraire. Quand j'utilise un album, on s'attarde aussi au message des oeuvres plastiques et à leur rôle dans l'histoire. Certains livres tendent même la main vers l'ECR avec leurs sujets qui suscitent des réflexions et des discussions en éthique.

Bref, c'est une pratique pédagogique que j'assume de plus en plus! C'est une pratique pédagogique que je recommande!

samedi 27 octobre 2012

De vrais livres!

C'est vrai, il y a longtemps que je n'ai pas publié... Mes beaux élèves que j'aime sincèrement m'ont donné la gastro... Je continue à les apprécier, mais j'avoue qu'ils m'ont mise à l'épreuve!
 


Alors, mon collègue et moi avons travaillé à structurer nos évaluations en lecture. Le premier bulletin arrive à grands pas et nous nous devons de porter un jugement qui rende justice aux compétences de l'élève. Depuis le début de l'année, j'ai installé les ateliers de lecture qui se font en autonomie et j'ai pris l'habitude de suivre mes élèves de près par des entretiens. Cependant, autant j'aime moins les tâches de type "lecture-questions", car elles ne cultivent pas la réalité du lecteur, mais l'obligation scolaire rattachée à la lecture, autant je les trouve importantes quelques fois par étape.

Elles permettent de laisser des traces écrites par les élèves de leur compréhension en lecture. Les élèves doivent faire preuve de confiance en eux pour mettre sur papier les traces de leur compétence à lire et se poser les bonnes questions face à leur travail. Disons-le, elles permettent aussi de porter un regard sur le rendement qu'on attend des élèves. C'est une manière d'évaluer l'élève, non pas en fonction de son niveau et de son propre rythme d'apprentissage, mais en fonction de ses capacités mises en lien avec les attentes générales du groupe. J'admets que c'est plus ou moins cohérent avec mes valeurs d'enseignante, mais les politiques en évaluation et la manière de
vivre le bulletin présentement font en sorte que je dois m'y conformer... Je note mes élèves 3 fois par année...

Donc, à la recherche de textes permettant cet exercice, mon collègue et moi en sommes venus à la conclusion qu'utiliser de vrais livres serait plus intéressant pour les élèves. Ainsi, nous avons monté nos tâches à partir de la littérature de jeunesse. Nous avons sélectionné des albums que nous avons jugé "du bon niveau". Nous avons pris le temps de créer des questions en lien avec chacun des livres sélectionnés.

Pourquoi ne pas rechercher des tâches déjà toutes faites? Parce que ces tâches ignorent souvent les quatre dimensions de la lecture. Effectivement, elles tournent bien souvent autour de questions de repérage. Ainsi, elles ne vérifient que plus ou moins la compréhension de l'élève, mais plutôt son habileté à lire une question et à repérer une information précise dans le texte. Nous avons donc pris le temps de structurer nos tâches en posant des questions de compréhension (explicite et implicite), d'interprétation du texte, de réaction et d'appréciation. (voir l'article sur les quatre dimensions de la lecture)

Étant donné le roulement déjà installé dans la classe qui a rendu les élèves autonomes (5 au quotidien), il est possible pour les élèves de faire la tâche avec le livre assigné à leur niveau (je suis dans une classe multi-âges), sans nécessairement que tout le groupe ait besoin d'un exemplaire du livre. Il n'est pas obligatoire que chacun fasse la tâche en même temps.

Un dernier petit truc. Si les élèves ont besont de laisser des traces de leurs stratégies dans le texte, il est possible de le faire en leur fournissant un transparent et un stylo à encre effaçable. Ils n'ont qu'à fixer le transparent sur la page du livre à l'aide d'un trombone et à écrire le numéro de la page. Ainsi, au besoin, on peut voir les traces de leurs stratégies en replaçant le transparent au bon endroit dans le livre.

samedi 13 octobre 2012

Enseigner... et plus!

Quand on dit qu'un enseignant joue aussi plusieurs rôles, c'est bien vrai! Prof-infirmière, prof-psy, prof-médiateur (relations école-famille), prof-juge (lors de la résolution de conflits), prof-ci, prof-ça!
 
Pour moi, enseigner, c'est une profession "humaine"! On travaille avec des humains et tout ce que ça comporte... et disons-le, c'est COMPLEXE, un humain! C'est faux d'affirmer que nous ne sommes là que pour faire avancer les élèves au niveau académique! On crée des liens affectifs importants avec nos élèves et on devient parfois une personne assez crédible et importante pour eux pour travailler aussi sur d'autres aspects de leur vie sociale, affective, etc! D'après leurs besoins, on doit assurer et mériter la confiance qu'ils placent en nous.
 
Bien entendu, les études que nous devons faire pour être enseignants tournent beaucoup autour de la pédagogie. On aborde certains autres aspects de la profession comme la gestion de classe, l'évaluation, la coopération avec les collègues, la communication avec les familles et autres, mais ce sont des sujets qu'on aborde ou qu'on survole lors de la formation initiale. On apprend un peu "sur le tas" ces différentes habiletés qui sont si importantes pour favoriser le développement de nos élèves.
 
Quand on partage le quotidien de ces plus petits humains, on devient une personne ressource importante dans leur vie. Le lien de confiance entre un élève et son enseignant sera plus fort (normalement) qu'avec d'autres intervenants de l'école (éducateur spécialisé, direction, etc.). Donc, quand un élève vit des émotions importantes dues à des événements significatifs, il faut savoir assurer et soutenir l'élève au meilleur de sa connaissance.
 
Y a-t-il quelque chose de plus fragile que la confiance que quelqu'un nous accorde, surtout dans les moments cruciaux?! Un peu à la manière d'un château de cartes, la confiance se construit petit à petit et peut s'effondrer en un instant...
 
J'ai vécu cette semaine la crainte d'abîmer ce lien si important. J'ai fait mon intervention avec mon coeur, en essayant d'aider mon élève à vivre et à comprendre ses grosses émotions, mais sans savoir si je l'aidais réellement ou si je nuisais à ce lien de confiance... J'espère vraiment ne pas faire de gaffes dans ces situations, mais je me sens moins outillée dans ce domaine que dans le cas où un élève a de la difficulté en lecture et où je dois l'accompagner académiquement.
 
Finalement, suite à cette réflexion et à ces questionnements causés par des incertitudes au niveau des interventions à mettre en place dans ces situations délicates, je me dis que quand on agit sincèrement, avec son coeur et qu'on respecte l'élève, si ce lien de confiance s'abîme, on peut par la suite se reprendre. À plusieurs reprises dans ma carrière ai-je dit à un élève "présentement, j'essaie de t'aider du mieux que je peux parce que je t'aime assez pour vouloir que tu sois bien et faire ma part pour que tu y arrives". Si des maladresses de ma part se produisent, il est important pour moi que l'élève sache que ce n'est pas dans le but de nuire et que j'interagis avec lui ou elle avec mon coeur et en toute sincérité.
 

Oui, c'est vrai, cet article est plus un témoignage ou encore une porte ouverte sur certaines de mes émotions en tant qu'enseignante qu'un outil aidant et pratique, mais voilà, vous serez, vous aussi, un prof-pas-juste-enseignant en me lisant...

dimanche 7 octobre 2012

Le leadership pédagogique

Depuis que je suis sortie de l'université et que j'enseigne, je profite du fait d'être contractuelle pour apprendre de la variété de collègues avec lesquels je travaille. Pour moi, certains enseignants sont plus inspirants que d'autres. En fait, les enseignants les plus inspirants pour moi sont ceux qui ont une vision et des valeurs pédagogiques semblables aux miennes ou cohérentes à mes yeux, mais qui ont une expérience ou des forces que j'observe et admire. Ce sont des gens de qui je peux apprendre de leurs forces et de leur expérience.
 
Que ce soit la direction, la conseillère pédagogique, l'éducateur de l'école, d'autres enseignants, j'ai toujours aimé m'inspirer des gens que je considérais comme des leaders pédagogiques. Je choisis les personnes que je considère crédibles et je prends plaisir à m'inspirer et à me dévelpper comme enseignante. Je pourrais faire une liste de personnes qui ont influencé mes pratiques et qui ont teinté ma couleur d'enseignante. Souvent, ils ou elles n'en sont pas tellement conscients, mais avec un certain recul, ils ou elles ont forgé l'enseignante que je suis.
 
Maintenant que j'ai quelques années dans le nez, que j'ai trouvé ma couleur d'enseignante et que j'ai réussi (finalement) à me construire une confiance professionnelle de base, j'observe que, parfois, je deviens, moi aussi, pour certaines personnes qui me donnent de la crédibilité, un leader pédagogique... Ouf, quel honneur!
 
En lisant sur le sujet des communautés d'apprentissage professionnelles (CAP), je réalise qu'un milieu de travail où les différents acteurs s'engagent dans des discussions pédagogiques, s'intéressent aux pratiques pédagogiques des autres, partagent leurs réussites, partagent leurs questionnements et écoutent les pistes de solutions proposées par les autres membres de l'équipe est un milieu professionnel riche en apprentissage et propice à la réussite. Riche en apprentissage et propice à la réussite des élèves ET des professionnels de l'éducation qui y travaillent. Un tel milieu dégage la confiance que chaque membre a en lui-même et en ses collègues. Un tel milieu démontre de l'ouverture; l'ouverture de se laisser inspirer par d'autres et l'ouverture de se donner le droit d'inspirer certains collègues qui choisissent de nous donner de la crédibilité. Chacun des membres de l'équipe est un leader pédagogique pour quelqu'un d'autre et s'inspire des autres leaders pédagogiques qui l'entourent. Un tel milieu favorise la mobilisation, la motivation et l'esprit de collégialité au travail. Les membres de l'équipe se sentent bien, acceptés, valorisés et compétents au travail. Chacun se réalise professionnellement. Tout cela a un effet positif sur les élèves et leurs parents, car l'école dégage beaucoup de professionnalisme.
 
Inspirant, non?! Est-ce moi ou cet idéal est très rare dans nos écoles? Personnellement, je n'ai jamais travaillé dans une école où je puisse affirmer que c'est la culture qui est installée... Certaines équipes de travail, ça oui! Et quel bonheur de faire partie d'une telle équipe! J'y goûte cette année et c'est franchement formidable. Si c'est si extraordinaire de faire partie d'une telle équipe, pourquoi la bonne nouvelle ne se propage-t-elle pas? Pourquoi n'est-ce pas la culture qui s'installe dans l'école? Pourquoi est-ce la première fois que je fais partie d'une telle équipe en plusieurs années?
 
Je pense que cette année, j'ai la chance de travailler avec des collègues qui ont aussi cette vision. Pour que cette culture s'installe dans une école, il faut que les membres de l'équipe soient prêts à vivre le changement de culture. Il faut que la confiance s'installe entre les membres de l'équipe-école et que certaines personnes agissent sur leur leadership pédagogique et soient contagieuses.
 
Le vol des outardes
Et si un leadership pédagogique sommeillait au fond de chacun de nous? Et si on acceptait de prendre cette place au sein d'une équipe de travail? Et si la direction encadrait ce leadership pédagogique que certains enseignants choisiraient d'assumer, de manière à ce que la place qu'ils prennent dans l'école demeure saine? Serait-ce prétencieux ou bénéfique? Est-il prétencieux de croire que, comme membre de l'équipe-école, je peux faire ma part pour faire fleurir des pratiques pédagogiques gagnantes et cultiver une attitude propice au partage? Je crois que non, dans la mesure où je me laisse aussi inspirer par le leadership pédagogique de mes collègues. Dans la mesure où, malgré que je me reconnaisse comme assez compétente et professionnelle pour inspirer d'autres personnes, la tête ne m'enfle pas au point d'arrêter de voir que moi aussi je peux apprendre et perfectionner mes pratiques pédagogiques! C'est ça, une communauté d'apprentissage professionnelle: se laisser inspirer par d'autres et se donner le droit d'inspirer des collègues!
 

Je suis curieuse de savoir si vous vivez une telle culture. Je suis curieuse de savoir comment elle s'est installée dans votre équipe de travail, ou mieux, dans votre école. Je suis curieuse de savoir si vous vous sentez assez professionnel et compétent pour être un leader pédagogique pour d'autres. Je suis curieuse de savoir pourquoi ou pourquoi pas. Je suis curieuse de savoir si vous trouvez prétencieux de la part de ceux qui assument ce rôle dans votre école ou si vous aimez plutôt vous en inspirer...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...