CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

jeudi 29 août 2013

Déco de rentrée: classe 2013-2014

Je vous avertis, je vais créer de la jalousie! J'ai cette année une classe de 5e-6e qui est nouvelle dans mon école. L'an dernier, le local que j'occupe servait à des élèves du préscolaire. Ainsi, ma classe était VIDE!!! J'ai donc pu l'aménager à mon goût et la garnir uniquement de matériel qui me convient. Comme c'était un local de préscolaire, et de service de garde avant d'être ma classe, j'ai un évier ainsi qu'un coin isolé par un mur où se trouvent le vestiaire, de l'espace pour placer mon classeur, un meuble de rangement ainsi que mes deux postes d'ordinateur.
 
Assez de bla bla, je vous montre!
Voici le coup d'œil en entrant. Évidemment, j'ai autant d'espace parce que je n'ai que 13 élèves (jalousie?!) Les murs sont d'un jaune plus ou moins attrayant à mon goût, mais agencé avec le mauve et le rouge, c'est beaucoup plus harmonieux. Les ballons sont une idée que j'ai recyclée de l'année dernière. Ils servent de marque-place pour la rentrée.
 
 
J'ai recouvert mes tableaux d'affichage de nappes de vinyle achetées au magasin à 1$. J'ai utilisé les retailles pour tailler de longues bandes d'environ 10 cm de largeur. Armée de patience et d'une agrafeuse, j'ai entrepris de plisser les bandes pour en faire des bordures. J'adore le résultat! J'admets que c'est très long et très peu économe d'agrafes, mais bon... une fois par année!!!
 
On voit ici le mur dont je parlais séparant le vestiaire de la classe. C'est sur ce mur que se trouvent mon tableau et ma toile de projection. J'y ai installé une table plus basse et des "poufs" confortables puisque j'ai l'intention de faire mes entretiens, de rencontrer des élèves en sous-groupes ou encore de permettre le travail d'équipe. Cette table se trouve à proximité des deux postes d'ordinateur auxquels mes élèves auront accès. Ils sont plus en retrait, parce que près du vestiaire. La porte de la classe est juste à côté aussi. Placée à cet endroit, je pourrai avoir un œil partout: sur la classe, sur les élèves aux ordis ainsi que sur ceux qui iront aux toilettes (à proximité de ma classe).
 
Cette image montre encore une fois ma classe, mais je veux porter l'attention sur le fait que j'ai choisi de placer mon bureau tout au fond de la classe. C'est un espace de travail dont j'ai l'intention de me servir surtout pour y ranger mes effets. Possible qu'en utilisant mon iPad pour planifier, recueillir mes observations des élèves ainsi que pour relever leurs notes, je réussirai mieux à être à l'ordre et me servir de mon bureau pour travailler, mais uniquement en l'absence des élèves. J'ai aussi des armoires qui recueillent ma collection de livres, les dictionnaires, le matériel de manipulation en maths et tout autre matériel utilisé en classe. Comme les élèves rempliront leurs bacs de livres chaque semaine (voir ici et ), la bibliothèque de classe n'a pas besoin d'être à portée de la main.  
 
Certains remarqueront que les élèves ont des tables individuelles plutôt que des pupitres dans lesquels ils peuvent ranger leurs effets. Ils ont chacun un casier où ils pourront ranger leurs effets. Je mentionne par contre que je réduis au maximum la gestion du matériel en utilisant un cartable (classeur) dans lequel les élèves placeront TOUT! Les séparateurs indiqueront les différentes matières et celles-ci contiendront leurs cahiers de notes (un en français et un en maths), leurs travaux et des feuilles lignées. Ainsi, en tout temps, ils n'auront besoin de trimballer que leurs étuis et leur cartable.
 
Même si je sais que beaucoup de classes (américaines surtout) sont beaucoup plus tape à l'œil que la mienne, j'en suis bien fière. Elle est belle, conviviale, organisée, mais surtout, c'est une classe où les élèves vivront... et moi aussi!

dimanche 25 août 2013

Coin lecture mobile

Qu'est-ce qu'on travaille fort à organiser notre coin lecture/biblio de classe! Avec l'ancrage de la littératie, des 5 au quotidien dans mes pratiques et, avouons-le, l'expérience et l'observation de ce qui semble généralement convenir aux élèves, j'en suis venue à adopter l'idée du "coin lecture" mobile.

En effet, dans ma classe, le coin lecture sert surtout à ranger les coussins, meubles et livres. Ce n'est pas nécessairement pensé pour que les élèves s'y installent pour lire...

Livres mobiles

J'ai une assez grande collection de livres dans ma classe, que j'agrémente avec des emprunts à la bibliothèque de l'école ainsi qu'à la bibliothèque municipale. Chaque semaine, les élèves se choisissent autour d'une dizaine de livres qu'ils placent dans leur bac. Je leur demande de choisir la majorité de leurs livres dans des collections nivelées (Fountas et Pinnel et Continuum en lecture). Ainsi, quand ils font leur lecture, ils la font de manière pédagogique. Je leur permets aussi quelques livres de leur choix qui ne sont pas nécessairement nivelés. Je pense à des périodiques, des bandes dessinées ou autres... Alors, c'est mobile, car au moment de la période de lecture, chacun va chercher son bac rempli de livres et s'installe à sa guise dans la classe. Cela évite aussi les déplacement une fois la période de lecture amorcée. 

*Ce fonctionnement est le plus efficace que j'ai essayé depuis le début de ma carrière pour éviter de perdre ou d'abimer des livres!

S'installer confortablement

Au début de chaque période de lecture, les élèves s'installent. La consigne est de le faire de manière à ne pas avoir à se déplacer du tout. Ils doivent donc penser à leur confort et surtout, à s'installer de manière responsable. Ils savent qu'ils doivent éviter les distractions. Plusieurs coussins sont mis à leur disposition. Ils peuvent les trimballer partout dans la classe à la condition que ce soit sécuritaire (pas devant la porte, etc.). Évidemment, ils peuvent lire à leur place, mais ils sont très peu nombreux à faire ce choix! J'ai aussi des ballons d'exercice sur lesquels ils peuvent s'asseoir, des chaises "soucoupe" qu'ils peuvent déplacer pour lire et je leur permets, si je ne l'utilise pas, d'emprunter mon fauteuil (à la condition qu'ils ne touchent pas à son ajustement). 

Des endroits populaires

Généralement, les élèves aiment s'installer par terre, près des murs! Ils peuvent ainsi s'accoter et lire confortablement assis sur des coussins, ou un ballon. Si non, j'ai remarqué qu'ils aiment se coucher pour lire. Encore une fois, les coussins leur sont utiles. Pour ce faire, ils choisissent les oreillers de corps qui sont plus longs et parfois un autre coussin sous la tête. Ceux qui lisent sur les fauteuils ou les chaises le font souvent de manière à pouvoir se relever les jambes, en mettant les pieds sur une chaise voisine et inoccupée par exemple.

jeudi 15 août 2013

Rentrée imminente...

Les vacances tirent à leur fin, parce que la rentrée est de plus en plus imminente! La rentrée scolaire est une saison particulière pour les enseignants. C'est à la fois fébrile et chargé, car tout doit être en ordre pour partir l'année du bon pied avec ce nouveau groupe d'élèves qui nous attend. C'est un des moments de l'année que j'aime préparer à l'aide d'une "to do list" afin d'éviter d'oublier quelque chose ou encore d'y penser assez tard pour être prise au dépourvu.

On doit penser à notre organisation personnelle; nos outils de travail. Quel outil vais-je utiliser pour faire mes planifications globales et à la journée? À quel endroit vais-je consigner mes observations des élèves? De quels outils de référence vais-je me servir et de quelle manière vais-je les organiser dans mon espace de travail?

Cette année, j'essaie de me servir de mon iPad pour faire presque tout cela. Je tente l'expérience et j'anticipe apprécier de tout retrouver au même endroit, à portée de main... Sans parler de la grande réduction de la gestion du papier!

On doit aussi penser à l'organisation physique de la classe. Mon espace de travail se trouvera dans quel coin de la classe et comment sera-t-il organisé pour être fonctionnel, et économe d'espace? Quels meubles sont nécessaires au fonctionnement de la classe (ajout ou retrait de certains meubles au besoin) ? À quel endroit dans la classe ai-je l'intention de rencontrer les élèves en entretien? À quel endroit sera placé le coin lecture? Comment vais-je organiser ma bibliothèque de classe? Comment seront placés les bureaux des élèves? De quelle manière seront utilisés les tableaux d'affichage? À quel endroit vais-je projeter? De quelle manière seront utilisés et organisés les espaces de rangement?

Évidemment, tout cela varie en fonction de la classe que nous aurons. On organise autrement une classe de grands versus une classe de petits élèves. On doit aussi faire avec le local qui nous est attribué.

L'accueil des élèves est un moment crucial. On n'a pas de seconde chance de faire première impression! Comment vais-je décorer la classe pour favoriser leur envie d'y entrer et d'y participer? Comment vais-je créer mon tout premier contact individuel et avec le groupe? De quelle manière vais-je faire en sorte de mieux connaître mes élèves (avant de les rencontrer ET lors des premières journées d'école)? De quelle manière vais-je me présenter? De quelle manière vais-je leur attribuer leurs espaces personnels et les laisser se les approprier? 

La création d'un lien positif avec le groupe et chacun des individus faisant partie du groupe est toujours une priorité absolue pour moi dans les premiers moments de l'année scolaire. Je tente de les laisser s'approprier la classe et participer à certains aspects de son organisation, tout en exerçant mon droit de véto et en montrant que la classe est à nous tous, mais que j'en suis le leader.

J'ajoute ici que le lien avec les parents est aussi une étape importante de la rentrée scolaire. J'entre déjà en contact avec toutes les familles dès les premiers jours d'école, soit par écrit ou par téléphone. Je prends le temps de me présenter, de faire un compte rendu sommaire de ce que j'observe de leur enfant et de vérifier s'ils ont des questions pour moi. C'est sans parler de la rencontre des parents qui a toujours lieu en début d'année.

La gestion de la classe se réfléchit aussi en cette saison de rentrée scolaire! De quelle manière vais-je organiser l'horaire? Quelles routines vais-je implanter? De quelle manière vais-je travailler avec le personnel de soutien pour m'assurer que les élèves concernés aient les services auxquels ils ont droit? Quelles seront les règles? De quelle manière vais-je les faire appliquer dans la classe? Comment vais-je structurer ma planification globale de l'année/de l'étape? Comment seront gérées les responsabilités des élèves? Comment seront attribuées les places de chacun? 

Et ici, la liste peut être INTERMINABLE! Il faut savoir se faire confiance d'année en année et accepter de contrôler ce qui est important et lâcher prise sur d'autres aspects moins urgents ou encore qui peuvent très bien se faire avec et/ou par les élèves. D'année en année, j'ai l'impression que je me connais mieux comme enseignante et que tout cet aspect est moins immense à préparer. Mon vécu antérieur me permet cela!

Tout cela est sans parler de la couleur pédagogique que nous voulons avoir; de la manière dont nous choisissons de vivre notre enseignement! Encore une fois, quand on trouve sa couleur d'enseignante, je pense que cet aspect est moins lourd en terme de charge de travail. Cependant, la formation continue étant ce qu'elle est, je pense important d'avoir à chaque année des objectifs à ce niveau.

J'oublie quelque chose? Assurément... !!!

mercredi 7 août 2013

Lecture professionnelle au sujet des TIC et de la littératie

Chenelière a publié un ouvrage s'intitulant Lire et écrire à l'ère des TIC; activités simples et stimulantes. C'est François Rivest qui a adapté le texte de Lisa Donohue.

C'est un ouvrage qui fait le pont entre le désir des enseignants de vivre leur classe à l'aide des outils numériques et la réussite à implanter dans le quotidien scolaire des manières de vivre la pédagogie en permettant aux élèves de mettre les mains sur les touches.

C'est un ouvrage qui se lit facilement et qui est écrit simplement; franchement, c'est très accessible! 

L'emphase est mis sur le fait que le numérique n'est ni une pédagogie, ni une matière à enseigner, mais un OUTIL. On ne met pas de côté l'enseignement de la lecture, de l'écriture ou de l'oral, mais on le fait en incluant l'utilisation des outils numériques. On y ajoute tout l'aspect jugement critique, esprit de synthèse, destinataires réels que le virtuel représente. Effectivement, à l'ère du numérique, tout le monde peut publier et facilement. Apprendre à le faire de manière réfléchie ET à juger de la crédibilité de ce qu'on trouve un peu partout n'est pas superflu pour la génération dans laquelle grandissent nos élèves.

L'auteure commence son ouvrage en nommant le fait que, bien souvent, les élèves sont beaucoup plus habiles que leurs enseignants avec les outils numériques. Nous sommes donc placés dans une position inversée où les enseignants apprennent aussi de leurs élèves... Cela ne devrait surtout pas être une barrière dans nos classes! Avoir l'humilité d'accepter ce fait pour simplement permettre aux enfants de se réaliser aussi à travers l'utilisation des TIC fait entrer le monde dans nos classe, car tout devient accessible. Il s'agit surtout d'avoir la créativité de sortir des traditions et d'intégrer les outils dans notre enseignement.

Blogues, clavardoirs, logiciels de présentation, balados, wikis, etc... 

Amusons-nous!

vendredi 2 août 2013

Citation

J'ai abordé la lecture d'un ouvrage portant sur l'utilisation des TIC en lien avec l'enseignement du français. J'en parlerai plus précisément une fois ma lecture terminée. Sauf que j'ai envie de citer un paragraphe que j'ai trouvé franchement éloquent et inspirant!

"Selon Arthur Birenbaum, l'enseignement est la seule profession dans laquelle les personnes ont les mêmes responsabilités du premier jour au dernier jour de leur carrière. La manière dont l'enseignant s'en acquitte définit et colore entièrement sa carrière. Si toutefois un enseignant fait aujourd'hui exactement les mêmes choses qu'il y a 20 ans, il se trompe, et son erreur rejaillira sur lui et sur ses élèves. L'enseignement, c'est l'évolution même. Les enseignants doivent constamment redéfinir leurs méthodes de travail, réfléchir à leur façon de faire et évaluer leur efficacité. C'est cette réflexion constante qui les fait grandir et évoluer"

Que dire de plus?! 

Ma tablette qui change ma vie professionnelle...

Utiliser les TIC dans la profession enseignante touche divers aspects. On pense d'emblée aux élèves qui utilisent les différents outils technologiques. Cependant, comme professionnels, je pense que ça commence par l'utilisation judicieuse et efficace des dits outils pour soi-même dans le cadre de notre travail. C'est ainsi qu'on en vient à diriger les élèves dans leur propre utilisation des TIC.

Je ne suis propriétaire d'une tablette que depuis quelques mois. J'ai tout de suite vu que cet outil technologique a un potentiel immense et je doute d'en faire un jour la pleine utilisation de ses capacités! Sauf que d'emblée, je réalise que tout peut se trouver à portée de main dans ma tablette qui est très légère, prend peu d'espace, se trimballe partout, est facile et rapide d'utilisation!

Agenda: cette année, j'ai l'intention de tenter d'utiliser ma tablette pour gérer en grande partie ma planification. Je pense utiliser le carnet de notes quand vient le temps de faire une planification plus globale et le calendrier pour planifier mes journées. C'est bien vrai que d'utiliser le clavier tactile est bien différent que d'écrire à la main dans un cahier format papier, mais je pense que la légerté de la tablette et le fait de toujours l'avoir sous la main m'aidera dans mon organisation... J'éviterai ainsi possiblement d'égarer certains mémos à retranscrire dans mon cahier de planif impliquant des dates importantes ou autres... TOUT se retrouvera dans ma tablette et j'anticipe que ce sera un avantage majeur! Je pourrai même faire sonner une alerte qui m'évitera d'oublier de me préparer à ma surveillance de la récré!

Notes évolutives et suivis d'élèves: J'ai commencé à utiliser l'application "idoceo2" et j'ai simplement adoré! Cette application permet une latitude plus importante encore qu'un classique cahier de relevé de notes. Je vous invite à aller y jeter un œil. Elle est payante, mais coûte encore moins cher qu'un cahier de relevé de notes classique qu'on achète en papeterie et en plus, on s'en sert plus d'une année!

Aussi, je pense utiliser d'autres applications comme " Pages" ou "Keynotes" pour garder des traces écrites de mes observations sur chacun de mes élèves. Encore une fois, tout à portée de main dans un outil ultra léger à trimballer est un aspect franchement alléchant en comparaison de n'importe quel autre cahier ou cartable, même le mieux organisé qui soit!

Une des craintes classiques que j'ai quand je pense à donner une importance aussi cruciale à un outil technologique dans mon fonctionnement professionnel est celle que ça "plante" et que je me retrouve dans une situation vulnérable parce que dépendante... SAUF QUE... Avec l'assurance qu'offrent les "dropbox", "iCloud" et compagnie, disons que c'est un risque franchement calculé!

Finalement, je ne suis pas la plus écolo qui soit, mais la réduction importante de papier utilisé est non-négligeable à mon avis!

À suivre!

Lecture professionnelle sur les relations école/familles

Cet article se veut un compte rendu assez exhaustif et dans mes mots de ma lecture de Entre rondes familles et école carrée... L'enfant devient élève écrit par Danielle Mouraux et publié aux éditions de boeck.

En cliquant sur l'image du livre, vous vous trouverez sur le site officiel de la publication et de son éditeur. 

Cet ouvrage se veut assez théorique. Son intention est de dresser un portrait des relations entre l'école et les familles et d'en comprendre les enjeux liés à la transition que l'enfant doit faire de un à l'autre. L'auteure ne s'aventure pas du côté de suggestions concrètes de COMMENT travailler avec les familles puisqu'elle affirme que c'est sur l'expertise des professionnels de l'éducation que repose cette responsabilité. 

Mouraux illustre les différences fondamentales entre les familles, l'école et la société et se servant de figures géométriques. 

Le cercle est attribué aux familles pour décrire un environnement plus "affectif" qui tourne autour du bien-être de chacun, des valeurs centrales et principales de la cellule familiale. Le carré est attribué à l'institution qu'est l'école en raison du cadre qu'elle offre. Effectivement, l'école est un système organisé et "uniformisé" par la mission, les programmes, etc. Si la famille vise à faire des personnes avec les enfants, l'école vise à en faire des citoyens. L'hexagone est attribué à la société. L'auteure défend que la société est en fait le produit de la famille ET de l'école. 

Évidemment, certaines familles sont plus rondes, carrées ou hexagonales et il en va de même pour les écoles. Divers degrés s'observent! C'est en fait l'écart entre un et l'autre qui rend la transition école/famille plus ou moins ardue pour l'enfant qui devient un élève une fois qu'il entre dans sa vie scolaire.

L'auteure propose aussi quelques pistes pour favoriser tant la transition de l'enfant que les relations positives entre les familles et l'école en en exposant les avantages et inconvénients pour chacun des joueurs concernés.

C'est une lecture que j'ai trouvé très pertinente et intéressante, mais que j'admets avoir faite en diagonale par moments. Les liens entre la théorie du livre et le concret de la pratique nous appartiennent tellement que la sélection des parties du texte qui nous touchent plus devient possible, voir même favorisée!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...