CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

samedi 28 septembre 2013

Lien vers une pétition...

Je n'ai jamais encore propagé sur mon blogue quoi que ce soit de plus  engagé, mais cette fois, je le fais... Pour les lecteurs québécois qui pensent qu'un investissement en éducation plutôt que les compressions incessantes depuis les dernières années serait pertinent, voici un lien vers une pétition en ligne.
 
Libre à vous d'y aller... ou pas!

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4323/index.html

vendredi 20 septembre 2013

Troisième semaine d'implantation des 5 au quotidien

J'ai commencé à témoigner de ma manière d'implanter le français au quotidien dans ma classe de 5e-6e. Je continuerai ce témoignage jusqu'à ce que ça tourne rondement dans ma classe. Vous pouvez donc, si ça vous intéresse, suivre ce que je vis dans la rubrique "5 au quotidien" du blogue.
 
Évidemment, quand on suit nos élèves et qu'on enseigne en fonction de ce qu'on observe de leurs besoins, nos planifications s'ajustent en conséquence... La semaine dernière, j'écrivais que je prévoyais commencer mes lectures interactives en lien avec l'interprétation. Mes élèves m'ont amenée ailleurs.
 
J'avais aussi écrit que j'amorcerais l'atelier de révision et correction et que je travaillerais à faire des entretiens en lecture. Ces deux aspects ont effectivement fait partie de ma semaine!
 
Entretiens en lecture:  Mes élèves sont franchement autonomes dans leurs ateliers. J'ai donc pu voir de un à deux élèves en entretien par jour. Ils voient bien que l'entretien ne fait pas si mal. Ils disent être moins habitués à devoir lire à haute voix à leur âge, mais ils passent rapidement par dessus! *J'en profite pour enseigner en individuel lors de mes entretiens en lecture.
 
Implantation de la révision et correction: Je mise énormément sur le contenu des textes écrits lors de la première étape. J'ai donc d'abord insisté sur la révision quand j'ai amené cet atelier. Comme c'est le troisième atelier faisant partie du français au quotidien, il sont devenus autonomes très rapidement! J'ai donc déjà pu permettre aux élèves de choisir l'ordre des ateliers, y compris ce dernier.
 
J'ai aussi commencé à faire des entretiens en écriture. J'ai donc demandé à 3 élèves par jour de me faire lire leur texte, fini ou pas! Je n'ai pas tout corrigé, mais j'ai lu et j'ai commenté. J'ai annoté les points forts du texte et j'ai mentionné l'aspect sur lequel je veux que chacun focalise lors de sa correction.
 
J'ai commencé à aborder certaines notions d'orthographe, parfois en individuel en entretien et parfois en groupe-classe.
 
Mini-leçons d'écriture: En lisant les textes de mes élèves, j'en ai profité pour reprendre leurs productions en leçon. Je lisais au groupe le texte ou encore un extrait pour illustrer une attente. J'ai fait l'exercice tant en contexte d'exemple que de contre-exemple. Un élève a particulièrement détaillé la description psychologique du personnage de son écrit. J'ai adoré citer son texte en exemple! Une autre a choisi un sujet pertinent et toutes ses idées étaient intéressantes, mais son texte très peu organisé. Avec beaucoup d'humour, je l'ai amenée, en groupe-classe (eh oui!), à voir qu'en lisant son écrit, on s'y perd! Je suis allée jusqu'à mentionner que j'ai eu l'impression qu'elle avait pris toutes ses idées très pertinentes et intéressantes, qu'elle les avait placées dans un sac pour les mélanger avant de les mettre sur papier. Je vous rassure, elle riait et ne semblait pas du tout se sentir humiliée. Au contraire, elle savait comment améliorer son texte. Elle s'est armée de ces ciseaux, de son bâton de colle et a entrepris de découper son texte pour "jouer au casse-tête" et remettre ses phrases dans un ordre plus organisé.
 
Utilisation de la littérature pour enseigner l'écriture: Une des premières leçons de l'année concerne la qualité des écrits. J'ai amené la métaphore "mettre de la viande autour de l'os" pour illustrer cette attente. J'ai demandé aux élèves s'ils aimaient les côtes levées. Ils ont tous répondu que oui! Nous avons imaginé la situation où ils sont au restaurant et où leur assiette de côtes levées ne satisfait pas leur appétit, parce qu'il y avait finalement plus d'os que de viande... Quelle déception! C'est la même chose quand on lit un texte et que les idées sont peu développées. On reste sur notre appétit!
 
Cependant, plusieurs de mes élèves, pour détailler leurs idées et écrire des textes plus longs et complets, ont eu tendance à énumérer différents éléments de leur histoire. J'ai donc voulu leur faire voir la différence entre dire et faire sentir! J'ai utilisé le livre-cd de Dominique Demers (illustré par Stéphane Poulin et publié aux éditions Dominique et compagnie) Vieux Thomas et la petite fée. Évidemment, j'ai fait exprès d'utiliser le livre disque qui, en plus des illustrations pour appuyer le texte, la musique d'ambiance derrière la voix et l'intonation de Dominique Demers rendent l'histoire particulièrement touchante. Ils ont donc "senti" l'histoire. Nous avons donc observé comment l'auteure s'y était prise pour y arriver. Disons que c'est immensément plus riche que si elle avait simplement énuméré les différentes étapes de son histoire... "Il était une fois un vieux grincheux qui trouva une petite fée. Il en prit soin. Un jour, un chien vint attaquer la fillette. Thomas tenta de la défendre. Il lui sauva la vie, jusqu'à y laisser la sienne." On ne sent rien dans une énumération de d'événements alors que l'œuvre de Demers est réellement une perle d'intensité!
 
Pour la semaine prochaine: Je projette d'être en mesure de placer l'atelier de lecture à deux. Je le ferai en mettant d'abord l'emphase sur la fluidité et l'exactitude. Les élèves pourront donc s'aider à ce niveau. En même temps, je demanderai aux élèves de travailler le rappel à la fin d'une lecture. En les obligeant à se parler de ce qu'ils viennent de lire, j'aborderai l'importance de la compréhension ainsi qu'une pointe d'interprétation de l'histoire. Cette année, j'aimerais pousser mes ateliers de lecture à deux vers certaines stratégies de cercle de lecture pour aller plus loin vers la discussion autour du livre et l'appréciation.
 
Je compte aussi continuer mes entretiens en lecture, mais cette fois en utilisant la trousse GB+. Ainsi, mes élèves auront été évalués avec l'outil qu'est le continuum en lecture ainsi que la trousse d'analyse de méprises.
 
Possiblement que je réussirai, cette fois, à travailler en lecture interactive!
 
Je veux aussi commencer à travailler plus sérieusement l'orthographe. J'ajouterai donc de l'étude de mots à savoir écrire en leçons, parce que ces mots auront été abordés et travaillés en classe. Il est à noter que je travaille par constance orthographique pour comprendre la logique de l'orthographe.
 
Bonne semaine!


samedi 14 septembre 2013

Deuxième semaine d'implantation des 5 au quotidien

J'ai commencé à témoigner de ma manière d'implanter le français au quotidien dans ma classe de 5e-6e. Je continuerai ce témoignage jusqu'à ce que ça tourne rondement dans ma classe. Vous pouvez donc, si ça vous intéresse, suivre ce que je vis dans la rubrique "5 au quotidien" du blogue.
 
Maintenant que mes deux premiers ateliers sont bien ancrés dans ma classe (lecture en solo et écriture), je continue mon travail. Cette semaine, je n'ai pas abordé de nouveaux ateliers, j'ai simplement poussé plus loin les capacités d'autonomie de mon groupe. Je m'explique:
  • J'ai commencé à faire des entretiens en lecture. Pendant que mes élèves lisent, j'en choisis un qui vient avec moi. Mon premier entretien a pour but de situer son niveau de lecture, surtout! L'élève sera donc en mesure de choisir des livres dans les sections appropriées ET j'ai maintenant une meilleure idée des forces de mon élève et du suivi que je devrai assurer avec lui ou elle. Je suis donc en mesure, suite à l'entretien, de décider des interventions pertinentes à mettre en place suite à mes observations. *Je n'ai pas encore fait le tour de mes élèves, car j'en fais un par jour... parfois 2!
  • J'ai poussé les leçons d'écriture de manière à insister sur le contenu du texte. Cela a deux impacts directs. Le premier étant strictement pédagogique; je pousse mes élèves à produire des textes d'un certain niveau de qualité attendu. Le second, pédagogique, mais aussi directement en lien avec l'implantation de la gestion de classe de l'atelier; les élèves savent mieux quoi et comment écrire. Cela fait en sorte qu'ils écrivent réellement et pendant une période un peu plus soutenue. Ils sont plus engagés dans leur rédaction, alors ils maintiennent maintenant leur travail pendant les 20 minutes que je leur demande.
  • J'ai commencé à donner aux élèves la possibilité de faire leurs choix. En d'autres mots, ils ne font plus tous en même temps leur atelier de lecture ou d'écriture. Ils choisissent dans quel ordre ils se consacrent à chacun de ces deux ateliers.
À venir la semaine prochaine:
  • L'atelier de révision et correction commence à se faire sentir plus urgent. Je commencerai donc à enseigner aux élèves à réviser leur texte. Mes leçons en groupe-classe leur permettront cela. Aussi, j'ai l'intention d'annoter des textes d'élèves de manière à donner à chacun des pistes pour la correction. Ici, je choisis d'y aller plus individuellement. Ainsi, si un élève doit porter une attention à sa ponctuation, l'autre devra possiblement travailler sur l'orthographe et s'allier au dictionnaire pour réduire son nombre de fautes... Il ne faut pas oublier que, comme ils sont grands, ils ont déjà une base de connaissances quant à la tâche de révision et correction en écriture! Bref: révision pour tous et correction pour tous, mais chacun à sa manière!
  • Entretiens de lecture à poursuivre. J'espère (possiblement avec l'aide de l'enseignante soutien) avoir situé tous les élèves de ma classe. La semaine prochaine, tous choisiront donc des livres de leur niveau. *La période de lecture ne vaut presque rien pédagogiquement si l'élève ne lit pas des livres de son niveau et en ayant en tête la stratégie qu'il ou elle doit travailler. Ces deux éléments cruciaux s'organisent en entretien.
  • Je pense aussi commencer à faire de la lecture interactive. Ainsi modéliser comment se construire une intention de lecture et faire preuve de compréhension d'un texte en répondant à des questions (oralement). Je choisis toujours, en lecture interactive, des livres qui permettent un certain niveau d'interprétation, de réaction et d'appréciation. À mon avis, la richesse pédagogique de la lecture interactive est là: discuter de "l'œuvre". Je pense que ma première lecture interactive sera "Ami-Ami" de Rascal, car j'aime beaucoup les discussions qu'il suscite au niveau de l'interprétation des élèves. Je pense aussi approfondir les œuvres de Chris Van Allsburg parce que je les affectionne particulièrement ET qu'elles sont parfaites pour montrer aux élèves que le genre littéraire qu'est l'album n'est PAS automatiquement "gnan-gnan"!
Bonne semaine à vous!

Prendre une stagiaire pour s'en occuper!

L'an dernier, j'ai tenté l'expérience d'accueillir une stagiaire dans ma classe. J'ai tellement aimé cette réalité professionnelle, que je récidive avec plaisir! Comme on dit; l'essayer, c'est l'adopter!
 
Prendre une stagiaire sous son aile est en fait une responsabilité professionnelle. Je pense qu'il faut garder en tête que notre responsabilité de mentor est d'accompagner l'étudiant(e) dans son propre cheminement pour se trouver personnellement dans la profession. Je ne vise pas à avoir une deuxième moi dans la classe, mais à aider une autre enseignante à se développer et à se définir dans la profession. Plus la session avance, plus elle prend de la confiance et de l'autonomie, mais je dois continuer à être présente en fonction de ses besoins.
 
Les moments de présence en classe de ma stagiaire sont un plus pour mes élèves, car nous sommes deux adultes dans la classe qui peuvent répondre à leurs besoins. Cependant, si ces moments peuvent m'alléger quand la stagiaire est capable de prendre des responsabilités dans la classe, c'est en fait une illusion... Comme titulaire de mes élèves, JE suis responsable de ce qu'ils vivent, y compris les prises en charge et les interventions de ma stagiaire.
 
Comment j'aime assurer son suivi:
  1. Rétroaction fréquente et rigoureuse directement liée aux compétences professionnelles. Chaque semaine, je prends quelques minutes pour rédiger une rétroaction écrite que j'envoie à ma stagiaire. Je prends le temps d'inscrire toutes mes observations en lien avec chacune des compétences professionnelles. Cela oriente à la fois mon évaluation, ma compréhension de ce qui est attendu de ma stagiaire ainsi que mes interventions auprès d'elle pour favoriser son cheminement. D'après les deux stagiaires avec lesquelles j'ai travaillé jusqu'à maintenant, cette habitude les aide énormément tant à mieux comprendre les compétences professionnelles, que ce qui est attendu d'elles. Aussi, elles ont une référence concrète sur laquelle s'appuyer et faire leurs propres démarches d'apprentissage. Surtout, cela assure la transparence entre elle et moi, ainsi que des traces écrites en cas de pépin...
  2. Évaluation formative directement liée aux attentes déclinées par l'université. Dans le cahier d'observation que l'université fournit aux enseignants-associés, chacune des compétences évaluées sont déclinées en observations concrètes attendues à la fin de chacun des stages. Ce sont en quelque sorte des objectifs réalistes à atteindre en fin de stage. J'aime bien, à quelques reprises pendant le stage, lire AVEC ma stagiaire tous ces objectifs. Armée d'un surligneur, je surligne avec elle ce que je pense que ma stagiaire a acquis. Ainsi, elle sait ce qu'elle fait bien, comprend ce qui l'attend. Je fais cet exercice AVEC elle afin de prendre la peine de lui expliquer et en faisant des liens avec des exemples concrets vécus en classe les raisons pour lesquelles je pense que c'est acquis ou encore à travailler. La dernière fois que je fais cet exercice, c'est pour décider de la note officielle que je pense adéquate pour ma stagiaire.
  3. Questionnement sur tout ce que propose la stagiaire. D'emblée, en début de stage, j'explique que je remettrai beaucoup en question ses idées et propositions. Le but n'est pas de la déstabiliser et de la rendre insécure, mais plutôt de l'aider à définir dans sa tête ses actions, choix pédagogiques et interventions dans la classe. Quand je la questionne avant, c'est pour l'aider à mieux avoir pensé à toutes les éventualités ainsi qu'à toutes les portées pédagogiques possibles lors d'une activité. Quand je la questionne après, c'est pour l'aider à faire le pont entre la théorie et son vécu sur le terrain. Je pense ainsi l'aider à développer sa capacité d'analyse réflexive.
  4. Me rendre disponible pour ma stagiaire. Si ma réalité personnelle ou professionnelle ne me permettent pas de donner du temps à ma stagiaire, je pense qu'il est plus sage de passer mon tour pour la session en cours. Que ce soit par courriel ou encore par téléphone, je pense qu'il est important que ma stagiaire puisse me questionner ou encore valider certaines de ses démarches entre ses présences hebdomadaires dans la classe.
 
D'une certaine manière, une stagiaire peut être une étudiante de plus dans la classe. Je pense qu'il faut le voir ainsi si on veut réellement jouer un rôle constructif pour elle.
 
Cependant, il ne faut pas négliger tout ce que cette étudiante supplémentaire peut m'apporter professionnellement à moi, enseignante plus chevronnée... Et oui, ici, j'affirme être compétente! Si je n'avais pas la conviction d'être une enseignante compétente, je ne me proposerais pas comme mentor! Ma compétence ne m'empêche pas de vouloir continuer à apprendre dans différents contextes, dont celui d'enseignante-associée!

vendredi 6 septembre 2013

Première semaine de français au quotidien

J'ai dans mon entourage plusieurs amies et collègues qui apprivoisent les 5 au quotidien et l'enseignement du français par la littératie. J'ai pensé publier, pour les premières semaines de l'année, le témoignage du déroulement de l'implantation des ateliers dans ma classe. Que ceux et celles qui veulent essayer lisent, réfléchissent et adaptent ma manière de le vivre et de l'implanter à leur couleur d'enseignant et à la réalité de leur classe!

Pourquoi cette série de témoignages peut-elle être pertinente? Parce que les 5 au quotidien est un ouvrage situé dans un contexte de classe de première année (ou de jeunes élèves). J'implante le principe dans ma classe de grands (5e-6e année). J'ai donc modifié certains aspects et sélectionné les ateliers que je considère pertinents. 

Bacs de livres
Un bac est attribué à chacun. La première journée d'école, j'explique aux élèves à quoi il servira et je leur demande de l'identifier. Ils dessinent ou écrivent sur un carton ce qu'ils veulent et l'accrochent au bac. Le but est qu'ils le reconnaissent facilement. Je n'ai pas besoin de pouvoir associer un bac à son élève...

Explication du fonctionnement en FAQ (français au quotidien)
J'explique aux élèves le fonctionnement en général. Je mentionne aussi que si c'est flou pour eux, ce n'est pas grave, c'est même normal! Au fil du temps, ils le vivront et le tout deviendra concret. Chaque fois que j'installe un nouvel atelier, je réexplique le principe...

L'ordre des ateliers que j'implante 
Je commence toujours par la lecture en solo. Normalement, je travaille ensuite la lecture à 2. Cette année, j'ai un groupe de seulement 13 élèves et sans vouloir créer de jalousie, ils ne me demandent, jusqu'à maintenant, que très très peu d'efforts au niveau de ma gestion de classe. J'ai donc décidé de les faire écrire plus rapidement. 

Entraînement de l'atelier de lecture en solo
Au premier ou deuxième jour d'école, je commence l'entraînement de la lecture en solo. Je le fais comme c'est expliqué dans le livre... Nous discutons de ce qui est attendu des élèves, de l'enseignant. Nous commençons ensuite à lire. Je surveille les comportements des élèves et je suis hyper rigoureuse! Dès que je remarque une imperfection, j'arrête le groupe et nous parlons des raisons de l'arrêt. Nous tournons généralement autour de 3 minutes. On tente tout de suite de battre notre temps. Par expérience, le deuxième essai dure environ 30 secondes...!!! Il y a toujours un élève plus compétitif qui veut tellement que la classe fasse mieux qu'il surveille les autres. C'est ainsi qu'il arrête de lire... et que j'arrête le groupe.

Comme mes élèves sont grands, ils sont habitués de lire... Le troisième essai est généralement assez long. Ils se rendent presque jusqu'à l'objectif, qui est de 20 minutes dans ma classe.

Cette année les temps de mes élèves ont été les suivants:
-3 minutes 27 secondes
-44 secondes
-18 minutes 42 secondes

20 minutes au deuxième jour et par la suite (ils sont rapides... Je m'attendais à ce que l'ancrage prenne plus de temps!)

Je vise trois périodes de 20 minutes parfaites consécutives (3 jours) avant de passer à l'entraînement du prochain atelier. 

*Il est à noter que je relâche graduellement la surveillance des comportements attendus lors des périodes d'entraînement, et ce, pour chacun des ateliers. L'idée, c'est d'ancrer les comportements, mais aussi de développer l'autonomie des élèves.

*Il est aussi à noter que je ne commence les entretiens que la semaine prochaine. Pour le moment, les élèves ont dans leurs bacs des livres qu'ils ont surtout choisis par intérêt. Une fois situés dans leur niveau de lecture, j'exigerai que les bacs se remplissent de livres de leur niveau en majorité ainsi que de quelques livres qui ne sont pas nivelés et choisis par intérêt seulement. Ils savent déjà que ce changement s'en vient.

Écriture
Le premier jour où je parle des ateliers d'écriture, je prends le temps d'expliquer que les écrits ne seront pas imposés. C'est à dire que l'écriture sera obligatoire quotidiennement, mais les élèves, les auteurs de la classe, auront la responsabilité de leurs écrits. Ils choisiront le sujet, le destinataire, le type de texte... 

Ma première leçon d'écriture est en fait une tempête d'idées servant à faire émerger les possibilités que les élèves pourront explorer en écriture. Nous listons des sujets pertinents pour les ateliers d'écriture. Nous listons aussi différents types de textes. Je demande ensuite aux élèves de mijoter un sujet pour l'écrit du lendemain.

Au jour 2 des ateliers d'écriture, nous parlons des comportements attendus lors de la période de 20 minutes. Je modélise ensuite ma manière de planifier un écrit et de noter mes idées. Je rédige rapidement quelques phrases en modèle. Je fais un tour de table pour leur demander le sujet qu'ils ont choisi. Je dis au groupe que tous ceux qui n'ont pas de sujet en tête doivent décrire quelque chose. Souvent, je projette une image, je leur propose de décrire mes vêtements ou encore de prendre un livre et d'en décrire la couverture. Je les lance ensuite dans l'action.

Voici les temps de mes élèves cette année:
-4 minutes 21 secondes (parce que la cloche a sonné l'heure de la récréation... Ils auraient fait plus long)
-15 minutes 6 secondes au jour 2

*S'assurer que les élèves soient réellement en écriture et ne décrochent pas de leur tâche nécessite une petite dose supplémentaire de jugement. Ce n'est pas parce que le crayon cesse d'être actif pour un instant que l'élève a arrêté d'écrire!

Ma prochaine leçon sera en fait la lecture de textes d'élèves. Nous verrons donc déjà que longueur et qualité sont deux concepts différents! Je ferai exprès de demander à un élève qui n'a vraiment pas beaucoup écrit (quelques lignes et dont je suspecte que la cause est plus passive qu'autre chose) de lire son travail tout de suite après un écrit que je juge de qualité tant par le contenu que par la longueur du texte. C'est vrai, je mets de la pression... Je veux montrer aux élèves que j'exige d'eux qu'ils donnent réellement leur 100%. Je ferai ensuite lire quelqu'un d'autre qui a peu écrit, mais qui a un texte plus prometteur ou encore qui a choisi un type de texte qui se veut plus court. Nous ferons la part des choses...
Cela permet aussi de susciter des idées chez les autres.

En français, ma première semaine a ressemblé à ceci. 

La semaine prochaine...
Nous vivrons quotidiennement la lecture en solo et l'écriture. Je commencerai à faire des entretiens en lecture et à ramasser 2 ou 3 écrits par jour pour les annoter et voir plus précisément les besoins de mes élèves. Possible que je puisse commencer à ancrer la lecture à 2; ça dépend de mon groupe et du rythme qui s'installe. Possible aussi que je puisse commencer à laisser les élèves choisir l'ordre de leurs ateliers de lecture en solo et d'écriture. Nous ferons la lecture à 2 tous en même temps. Je jugerai de l'autonomie que je peux graduellement leur laisser prendre selon mes observations!



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...