CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

samedi 2 novembre 2013

Enseigner: un travail de conciliation!

Ce que la période de bulletins me place dans une situation de réflexion professionnelle! Et ce, à chaque année!
 
L'an dernier, je publiais que je n'aimais pas qui je deviens dans ma classe à la veille des bulletins... Sous pression de générer des notes officielles, je presse aussi le citron de mes élèves afin qu'ils produisent. Et je n'aime pas cette ambiance où nous ne sommes plus dans un climat réel d'apprentissage, mais dans un climat d'évaluation.
 
Et l'évaluation, c'est différent de noter ou classer les élèves! Personnellement, je suis d'abord enseignante pour enseigner! Pour apprendre à connaître mes élèves de manière à les faire cheminer, tout un chacun! Cependant, trois fois par année, on me demande d'officialiser leur cheminement par des notes au bulletin. Et il n'y a rien d'anodin dans cet exercice!
 
Les notes que j'accorde à mon élève peuvent être décisives pour son parcours scolaire des années à venir! La rigueur est de mise! Surtout que dans mon cas, le passage du primaire vers le secondaire est une réalité non négligeable!
 
Trois fois par année, on me demande d'officialiser le cheminement de mes élèves par des notes au bulletin. Je ne suis pas contre l'exercice. J'ajouterais même que de manière générale, c'est un moment dans l'année qui me permet de recadrer mes planifications afin de m'assurer de réellement fournir à mes élèves tout ce dont ils ont besoin pour réussir (autant que faire se peut) leur année scolaire. C'est un exercice qui m'aide à être une enseignante rigoureuse. Et je spécifie que c'est un exercice que je pense positif de manière générale, car il y a dans nos classes quelques exceptions d'élèves pour lesquels on préférerait communiquer l'information aux parents autrement que par des notes qui sont parfois plus stigmatisantes que représentatives des mini pas qu'ils accomplissent depuis le début de l'étape... Ces pas sont minis, mais pas inexistants!
 
Conciliation évaluer vs noter
Il y a un gros travail de conciliation à faire, comme enseignants, entre notre enseignement et notre évaluation. On doit enseigner et évaluer d'abord pour répondre aux besoins observés dans la classe, mais aussi pour répondre aux exigences balisées prescrites par le ministère! Normalement, la disparité entre les deux n'est pas si grande, mais il arrive que oui...
 
Conciliation connaissances vs compétences
Dans notre évaluation et notre enseignement, encore une fois, il faut concilier les compétences et les connaissances! Deux enseignants du même niveau qui n'accordent pas la même importance aux tâches de compétence versus l'application de connaissances dresseront un portrait totalement différent du rendement d'un même élève. Certains élèves sont des champions pour appliquer la procédure d'une division, par exemple, mais sont incapables de mobiliser ce concept en contexte de problème mathématique... Est-ce qu'un des deux enseignants est trop sévère dans son évaluation et l'autre trop souple? Chacun fait preuve de jugement professionnel, mais de manière différente alors les notes peuvent différer d'une année à l'autre.
 
Conciliation différenciation vs balises
Pour certains élèves, la différenciation est nécessaire au quotidien! Je pense spécifiquement à des élèves qui ont un trouble d'apprentissage comme le trouble primaire du langage, le trouble envahissant du développement, ou autres... Ces élèves, de par leur trouble, ont besoin (et c'est un diagnostic médical!) qu'on différencie pour eux. Sans cette différenciation, leur apprentissage n'est pas impossible, mais tellement complexifié! Quand vient le temps de noter ces élèves, on doit le faire en conformité avec les balises établies pour tous. Le MELS nous permet certaines mesures d'adaptation, mais dans notre évaluation sommative, la souplesse a ses limites!
 
Conciliation planification vs apport des élèves
Si, comme enseignante, je dois planifier mon année, mon étape, ma semaine, ma journée... Mes élèves peuvent parfois m'emmener carrément ailleurs de ce qui avait été prévu! Que ce soit par leurs intérêts, leurs idées, leur humeur, certaines problématiques qui se vivent dans la classe et qu'on doit prendre le temps d'adresser ou encore par leurs besoins académiques différents de ce que j'avais anticipé, mes élèves m'obligent à faire preuve de souplesse quotidiennement! Si mes planifications sont trop rigides, il deviendra plutôt difficile pour moi de tenir compte de ma matière première; mes élèves! Cependant, si cette souplesse empiète sur ma rigueur d'enseignante, nous dévierons de la mission de l'école.
 
Conciliation confiance professionnelle vs conscience du regard des autres
Quand nous exerçons la profession enseignante, c'est qu'on a reconnu notre compétence à enseigner. Chacun de nous devenons un professionnel de l'éducation. Et si cette reconnaissance en notre compétence est réelle, elle se traduit aussi par la responsabilité de prendre des décisions dans nos classes. Ce qui ce traduit aussi parfois par une insécurité à trancher et à assumer ce jugement professionnel! Chaque enseignant a sa couleur, ses forces et ses défis. Chacun a sa vision, ses valeurs et ses façons de faire. Et c'est CORRECT! Mais il faut aussi savoir concilier notre manière d'enseigner vs les traditions établies dans une école... ou même dans un système scolaire. Quand on décide d'assumer ce droit de faire preuve de jugement professionnel et de faire des choix éclairés, on décide aussi de faire face au regard des autres. Dès que nos décisions professionnelles débordent des traditions, il faut s'attendre à susciter de la curiosité, à ce que des collègues questionnent nos façons de faire ou encore que d'autres les remettent en question (je fais une distinction entre les deux). On sera contagieux par moments et jugés par d'autres... Et que dire du regard des parents de nos élèves qu'on déstabilise par nos manières d'accompagner leur enfant autrement de ce qu'ils ont connu!
 
Bref, la profession enseignante en est une de conciliation, à mon avis! Conciliations pas toujours évidentes à gérer, mais qui rendent nos quotidiens franchement intéressants!

Responsabiliser les élèves pour leur donner de l'autonomie

L'autonomie des élèves... Pas toujours si facile!
 
En fait, comme enseignants, voire même comme adultes, je pense qu'on a un rôle majeur à jouer pour rendre nos élèves autonomes! Mon avis est qu'il faut apprendre à les responsabiliser, leur donner plus de contrôle pour qu'ils gagnent en autonomie.
 
Encadrer est très important dans une classe, et c'est assurément le rôle de l'enseignant! Cependant, parfois, à vouloir tout encadrer/contrôler, on ne laisse pas les élèves nous montrer de quoi ils sont capables! Et on ne les laisse pas apprendre à se débrouiller sans nous!
 
Quelques semaines avant l'Halloween, mes élèves m'ont demandé si la classe pouvait organiser un parcours hanté que les autres classes de l'école viendraient visiter. Ayant en tête la fin d'étape imminente, ma planification globale et les milliers de choses que je devais enseigner et évaluer afin d'arriver, j'ai expliqué aux élèves que j'acceptais leur projet, mais qu'il serait véritablement LEUR projet!
 
J'ai donné environ 30 minutes de temps de classe pour permettre à mes élèves de structurer leur projet. Ils ont déterminé des équipes et le rôle de chacun. Ensuite, ils ont accepté et compris que la planification de leur projet se déroulerait principalement à l'extérieur des heures d'enseignement. Leurs équipes avaient chacun leur rôle et moi aussi, j'avais le mien. Mon rôle était d'accepter de les superviser au moment où ils en auraient besoin (heure du dîner ou lors des récréations) et de les soutenir s'ils avaient des questions ou des besoins plus spécifiques. Et j'ajoute qu'ils étaient très conscients que c'était à EUX de me solliciter!
Oui, j'ai rogné la photo et retiré les visages... par souci de confidentialité au moment de publier!
 
Résultat?! Le jour de l'Halloween, mes élèves ont mis sur pied leur parcours hanté. J'étais dans la classe, témoin de leur travail. C'est vrai, j'ai utilisé mon droit de véto pour une idée un peu plus macabre que je considérais moins appropriée pour l'école (surtout pour les plus petits élèves qui visiteraient leur parcours), mais c'est tout! Et les autres classes ont apprécié! Mes élèves ont reçu plusieurs félicitations et elles avaient encore plus de valeur à leurs yeux, puisqu'elles ne leur revenait qu'à eux!
 
Honnêtement, c'était la meilleure activité d'Halloween de ma carrière d'enseignante, et je n'ai absolument rien à voir avec sa réalisation, car le projet appartient à mes élèves de A à Z!
 
Comme quoi que quand on laisse nos élèves nous montrer qu'ils peuvent faire preuve d'autonomie dans des situations qui sont à leur mesure, qu'on leur remet des responsabilités réelles entre les mains, ils peuvent être épatants!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...