CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

jeudi 16 janvier 2014

S'assurer de faire un suivi pour soigner sa formation continue

Possible que je sois un peu plus zélée que d'autres, mais j'ai la conviction que la formation continue, ça doit se soigner! Être ouverts à des lectures professionnelles, des échanges avec des collègues, des conseillers pédagogiques, assister à des formations ne suffit pas. Je pense qu'il faut s'occuper de s'approprier ce qu'on a appris; le réfléchir, en juger, faire des choix éclairés qui se traduiront dans le concret de notre enseignement.

Déjà, transférer nos connaissances dans nos pratiques pédagogiques est un pas nécessaire qui est parfois escamoté... que ce soit par manque de temps pour approfondir, par manque de ressources parce qu'on est plus ou moins entourés de gens qui partagent notre vision, par le fait que certains groupes d'élèves nécessitent qu'on s'attarde à d'autres aspects en priorité, etc.

Déjà, ces transferts de la théorie vers la pratique sont un pas non négligeable. Est-ce suffisant et terminé, maintenant que certaines de nos pratiques ont évolué?

J'aime relire un ouvrage de référence après quelques années parce que j'ai réalisé que ma compréhension est bien différente d'une fois à l'autre! Malgré que je me pensais plutôt "bonne" dans mes pratiques en lien avec la dite référence, la relecture à la lumière de mes expériences vécues dans le sens des pistes que j'ai explorées me permet d'aller encore plus loin, et ce, avec une même lecture professionnelle.

Il y a quelques années, j'ai assisté à la formation sur le continuum en lecture. J'ai mis beaucoup de choses en place suite à cette formation qui a changé ma pédagogie et ma manière de vivre l'enseignement de la lecture. Après quelque temps, j'ai même greffé à cette pédagogie des éléments que je considère cohérents et qui viennent d'ailleurs. C'est ainsi que je me suis forgé, avec les années (et j'insiste: se former et transférer dans nos pratiques pédagogiques, ça s'échelonne sur une période réaliste de temps) une couleur d'enseignante.

Depuis 2008 que je travaille avec les outils que j'ai intégrés à ma pratique. Voilà que j'ai entrepris de retourner visionner les DVD qui s'annexaient à la documentation et aux notes que j'avais prises lors de cette formation. Je me pensais plutôt "bonne", voire même "experte" (aux dires de certains collègues), mais le fait de retourner voir me redonne encore des outils. Je réalise que j'ai encore des pas à faire et des apprentissages à transférer dans mes pratiques!  Je réalise que mes pantoufles et mon confort ne sont pas une raison pour prendre pour acquis que j'ai atteint l'apogée de ce que je peux donner à mes élèves! Je réalise que mes pantoufles et mon confort dans ce que j'ai acquis dans les dernières années sont précisément ce qui me permettra de continuer à cheminer et mettre en place des éléments du continuum en lecture qui répondaient moins à mes besoins au départ et qui sont maintenant à ma mesure, à ma portée!

Le suivi pour soigner sa formation continue n'est pas une culture si commune et plus je suis rigoureuse à ce niveau, plus je suis convaincue que c'est une nécessité! Plus je réalise que cette rigueur dans les suivis de mes acquis est un ingrédient qui fait de moi une enseignante compétente. 

samedi 11 janvier 2014

La place de la pédagogie dans nos vies d'enseignants

Il y a un peu plus d'un an, j'écrivais au sujet du leadership pédagogique suite à la lecture d'un ouvrage préconisant les communautés d'apprentissage professionnel. L'article est ici pour les intéressés.
 
Ceux et celles qui me suivent ou qui se sont promenés sur mon blogue ont compris qu'un des aspects cruciaux de la profession à mes yeux, je dirais même de ma perception du professionnalisme, est la formation continue.
 
Aujourd'hui, je publie un questionnement qui m'habite, qui se traduit par des frustrations par moments, mais qui ne se veut pas non plus un coup de gueule visant les collègues avec lesquels j'ai travaillé ou les directions qui m'ont encadrée! La pédagogie dans la vie des enseignants est-elle réellement au cœur de nos préoccupations, de nos horaires, de nos valeurs, de nos quotidiens? C'est une question que je pose à notre société, surtout.
 
Tous les jours où nous enseignons sont empreints de pédagogie, j'en suis bien d'accord. Ma réflexion porte plutôt sur les moments professionnels où nous ne sommes pas en présence d'élèves. Ces moments qui devraient être, en mon sens, du temps pour peaufiner notre enseignement, nous renseigner sur la recherche, réfléchir à nos pratiques pédagogiques, faire des liens avec les dites recherches, échanger avec les collègues ou les conseillers pédagogiques des manières de transférer ces connaissances vers nos pratiques directes avec les élèves, etc. Ces moments en dehors de la présence des élèves qui ont un impact direct sur leur réussite. On s'entend que plusieurs recherches l'affirment: le facteur premier de la réussite des élèves est la compétence de leurs enseignants!
 
Une véritable culture de formation continue dans une ÉCOLE, ça se peut?! Je le vis avec ma nouvelle équipe de travail cette année, je l'ai vécu avec d'autres collègues dans le passé et j'y touche aussi avec des collègues plus éloignés de mon quotidien, mais dans une ÉCOLE où cette valeur est non seulement véhiculée, mais vécue... disons que ça fait encore partie de mes fantasmes...
 
Il me semble que certaines solutions pourraient être plutôt simples et efficaces... Il me semble qu'il devrait certainement être possible d'installer cette véritable culture de la pédagogie dans une école sans nuire à l'autonomie professionnelle de chacun et en respectant les différentes réalités de chacun des groupes dans une école (des plus petits aux plus grands). Il me semble que du TEMPS pour s'y attarder, personne ne peut être contre... Cela est-il réaliste, compte tenu de tout ce qui fait partie des responsabilités que les membres d'une équipe-école doivent partager au quotidien?
 
Certains aspects de la pédagogie ou encore de la formation continue ne sont réellement que plus ou moins réfutables... Les recherches fondées sont difficiles à obstiner! Les encadrements prescrits sont difficiles à contourner! Je comprends que ça peut être déstabilisant de sortir d'un confort que nous avons trouvé ou encore de convictions pédagogiques profondes, mais quand les recherches le prouvent? Quand d'autres autour le vivent et partagent leurs réussites? Quand la loi cite l'obligation de s'occuper de sa formation continue? Quand s'engager dans une démarche individuelle et collective est une compétence professionnelle régissant la profession?
 
Un des ingrédients incontournables pour y arriver, c'est le temps qu'on y consacre, à cette pédagogie! Je disais plus haut que ce n'est pas un coup de gueule dirigé vers des collègues ou des directions, et je le répète. Cependant, j'ai envie de dénoncer le fait qu'on priorise parfois (trop souvent à mon goût) d'autres aspects de la vie d'une école... C'est faux d'affirmer que nous n'avons pas de temps dans notre horaire... Nous avons dans nos tâches du temps de travail de nature personnelle, du temps de tâches complémentaires et je pense que c'est à nous de faire en sorte que ce temps soit maximisé et orienté vers la pédagogie!
 
Parlant de temps à accorder pour favoriser les pratiques pédagogiques gagnantes, j'insiste sur le fait que s'engager dans une telle démarche se réalise sur une période assez longue! Dans mon cas, j'ai mis autour de 4 ans à changer mes pratiques en lien avec l'enseignement de la lecture et de l'écriture avant de me sentir satisfaite. Et cela ne veut pas dire que j'ai l'impression d'avoir fait le tour de mes apprentissages professionnels, mais plutôt que je me sens maintenant assez solide dans ma pédagogie pour arrêter d'en faire une priorité et pour me consacrer à un autre élément que j'aimerais peaufiner dans mes pratiques.
 
Quand je vois des écoles s'engager dans une démarche de formation collective et échelonnée sur une période de temps assez longue pour réellement implanter dans les classes des pratiques pédagogiques cohérentes d'une année scolaire à l'autre, je trouve ça beau! Quand je vois des écoles faire des cercles de lecture professionnels afin d'arrimer leurs pratiques pédagogiques et échanger tant sur leurs lectures professionnelles que sur les impacts de ces lecture dans leur quotidien avec les élèves, je trouve ça inspirant! Quand je vois des enseignants assez confiants pour partager leurs bons coups et assez bien entourés pour que ce soit reçu de manière constructive, je trouve ça encourageant! Quand les moments en équipe de travail sont consacrés au partage de pratiques pédagogiques gagnantes, je trouve ça soulageant! Quand la direction accompagne le personnel dans ses démarches par de la supervision pédagogique vécue dans une optique constructive, je trouve ça encadrant, sécurisant et rigoureux!
 
Pas besoin de réinventer les manières de faire... Pas besoin d'engager des experts coûteux... Pas besoin d'y consacrer ses soirées ou ses fin de semaine quand l'école s'organise et s'entend sur des priorités pédagogiques...  Nos collègues sont à portée de main et ils sont des experts de l'éducation, eux aussi! Les conseillers pédagogiques sont présents dans l'organisation des services des commissions scolaires et leur tâche est précisément de nous accompagner!
 
Ma conviction: les conditions de travail des enseignants devraient, en premier lieu, favoriser la qualité de la pédagogie dans une école! Ces conditions de travail, elles reposent en partie entre nos mains, même si nous devons composer avec des réalités qui sont plus extérieures...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...